~ Thème : Sing me a song of storms (Eté 2017) ~
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[Recensement 2017] Recensement terminé <3 merci à tous

Partagez | 
 

 La déchéance [À finir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: La déchéance [À finir]   Jeu 27 Déc - 22:53


Déchéance, dit Swiftfire
Âge : Adulte
Sexe : Masculin
Race : Licorne
Cutie Mark : Un tourbillon bleu
Talent : La magie
Métier : Aucun pour l'instant/font>
Lieux de résidence : Il songe à habiter à Ponyville/font>
Breed (race des parents) : Deux licornes

Caractère
( en 6 lignes minimum )

ECRIRE CARACTERE ICI


Physique
( en 6 lignes minimum )

ECRIRE PHYSIQUE ICI


Histoire
( en 7 lignes minimum )

Le soir venait de tomber, l’un de ces soirs si merveilleux, si magnifique et si unique. Le soleil était encore en train de se coucher, et le ciel se drapait de couleurs splendides. Du rouge, de l’orange, du violet, et le bleu de la nuit naissante s’y ajoutait. Ces dégradés indiquaient que le lendemain, le temps sera tout aussi splendide, tout sera comme ce jour-là. Néanmoins, penser une chose pareille n’est que pure naïveté. En surface, le jour sera peut-être plus beau que n’importe lequel, peut-être que tout se passera bien pour vous. Mais, sous cette surface si fragile que tous apprécient, peut-être se déroulera quelque chose d’autre, quelque chose d’inconnu, une autre chose absolument impossible à imaginer. Peut-être, même, une autre chose dont personne ne pourrait soupçonner l’existence.

Le grand palais venait d’ouvrir ses portes. Au milieu du désert, de loin, il semblait être un bâtiment irréel, posé ici pour se faire poser des questions aux curieux qui le regardaient. Une fois que l’on s’était approché de cet endroit, on pouvait constater qu’il était bien entretenu, malgré le fait qu’il était dans le désert. Tout autour de lui se trouvaient des jardins, tout aussi beau les uns que les autres, où se trouvaient de nombreuses fleurs, de nombreuses plantes, de nombreux points d’eau. S’ils le pouvaient, les nomades iraient s’y désaltérer, et n’hésiteraient pas à y vivre. C’était pourtant vrai ! La beauté de ces jardins était l’égal de son accueil. La plupart des plantes y étaient comestibles, et il y faisait frais, comme si vous étiez à l’ombre d’un palmier à côté d’une oasis. Hélas, les jardins étaient gardés. Et pas qu’un peu, non ; de nombreux gardes patrouillaient le long de la frontière entre le paradis et le désert, et d’autres se déplaçaient à l’intérieur de ces jardins pour faire sortir ceux qui se seraient installés dedans.
La nuit était maintenant belle et bien tombée, et quelques personnes arrivaient du désert pour se diriger vers l’entrée de ce palais. Une lumière y était suspendue, et quelqu’un attendait les nouveaux arrivants. Cette personne était le prince Swiftfire, surnommé le beau prince, dont les yeux bleus faisaient craquer plus d’une. Il était juste, tendre mais pas trop, et beaucoup disait qu’il sera un bon roi quand son père ne sera plus. Mais, pour le moment, le temps n’était pas venu de parler du futur de Swiftfire. Ce soir-là, un grand banquet était au rendez-vous. En effet, le prince était issu peut-être de la royauté, mais il aimait également les expéditions. Sa dernière remontait seulement à quelques jours. Avec son équipe, il avait aperçu une pyramide, dans le désert, qui semblait abandonnée depuis longtemps. Tous étaient entrés à l’intérieur et avaient fait une incroyable découverte : ils trouvèrent, totalement intacts, des pierres précieuses, des objets de valeurs, et un sarcophage d’une extrême richesse. Ils avaient sans doute trouvé la tombe d’un pharaon très riche, qui avait vécu il y avait longtemps. L’équipe d’exploration avait ramené tout ce qu’elle avait trouvé au palais, et l’avait mis dans une pièce faite pour cela. Et, pour célébrer cette découverte, le roi de la région avait convié nombres de ses sujets, et organiser un beau banquet en cet honneur.
Swiftfire invita les nouveaux venus à le suivre. Ils passèrent dans des pièces aussi riches les unes que les autres ; tout d’abord, à l’entrée, on pouvait tout de suite voir un hibiscus, dont les grandes fleurs rouges invitait à continuer pour voir la suite de l’intérieur de ce palais. Dans le couloir suivant, des colonnes d’or soutenaient le plafond, et, sur les murs, se trouvaient les portraits des rois régnant avant le roi actuel, tous peint à la main par les peintres les plus renommés. Enfin, les invités arrivèrent dans la salle du banquet, et tous en furent étonnés : la table, au milieu de la pièce, s’étendait sur une vingtaine de mètres. De nombreux invités étaient déjà présents, qu’ils soient célèbres ou non. C’était sûr : jamais une salle du palais n’avait compté autant de personnes ! Pour l’instant, la table, drapée une simple nappe blanche, n’arborait aucun plat. Swiftfire invita les nouveaux venus à s’assoir, puis vint se placer à l’un des bouts de la table, entre son père le roi et sa mère la reine. Tous les invités étaient arrivés, le festin allait commencer.
La reine, coquette, siffla. Une porte alors s’ouvrit et des servants entrèrent dans la pièce, ramenant chacun un, deux, ou trois plats. Des murmures admiratifs s’élevèrent de l’assistance, certains même applaudirent. Les plats se multiplièrent sur la grande table ; on pouvait voir, entre autre, une dinde dodue, fumée et brillante, dont la sauce aux morilles ne faisait qu’en relever le goût ; une grande salade fournie, où les tomates, les poivrons, les concombres et les pâtes, bien ordonnés, formaient une belle forme, représentant le blason du pays. Un étrange plat, très simple pourtant, se trouvait aussi sur cette table, et faisait la fierté de la région ; c’était un simple pâté, assez grand pour que tout le monde puisse en manger, arrosé d’une délicieuse sauce au citron, et couvert d’une feuille de menthe. Tous les invités étaient ravis de voir ce plat sur la table ; bientôt, il monopolisa toute l’attention, si bien que plus personne ne fit attention aux autres plats qui étaient apportés. Un bruit, cognement dans un verre, attira l’attention des invités ; c’était le roi. Il semblait avoir une annonce à faire. Tous se turent alors, et sa majesté se leva.

- Tout d’abord, lança-t-il d’une voix de ténor, je voudrais vous souhaiter la bienvenue en ces lieux ! Je connais de nombreuses personnes qui se sont déplacées ici, comme je me rends souvent dans nos villages. Je tiens à les remercier personnellement d’être venues, et je remercie également celles que je ne connais pas, et que j’aimerais connaître à l’issue de ce banquet bien mérité. Certains d’entre vous, je suppose, ne savent même pas pourquoi ils ont été invités ici. Eh bien, vous pouvez reconnaître, ici présent à ma droite, mon fils, le prince Swiftfire. Peu présent au royaume, il fait pourtant beaucoup de grandes choses. Il part, le plus souvent, avec son équipe, pour trouver des traces de la civilisation perdue. Si nous sommes tous réunis autour de cette table aujourd’hui, c’est pour célébrer l’une de ses plus grandes découvertes ; en effet, il a mis à jour les trésors d’une tombe d’un riche pharaon, dont l’identité nous est encore inconnu. Nous allons y remédier après le dîner ; en effet, nous allons ouvrir son sarcophage et…
- Pilleurs de tombes !

Une voix s’éleva de l’assemblée, suivie de murmures outrés. Tous se tournèrent vers la personne qui avait osé interrompre le roi ; c’était celle qu’on surnommait « la vieille folle », dans un village à l’Ouest du palais. Elle était très vieille et disait souvent des choses incohérentes, qui faisaient peur aux villageois. Certains, dans l’assistance, l’insultèrent, mais Swiftfire les fit taire, dans la surprise générale. Il regarda vers « la vieille folle », et lui lança alors :

- Qu’est ce qui vous fait dire cela, madame ?

Le regard glacial du prince ne découragea nullement la vieille. Et, d’une voix tremblante et folle, elle rétorqua :

- Vous allez vous apporter la malédiction de la déchéance ! Allez donc ouvrir ce sarcophage, et vous verrez ! Le royaume tombera bientôt en poussière, vous allez tous mourir, et plus personne ne parlera de vous ! Remettez les objets que vous avez trouvé là où ils doivent être, c’est-à-dire dans la tombe !
- Cela suffit !

Swiftfire lança un regard furieux à la vieille folle. Il appela les gardes, qui la firent sortir du palais.

- La malédiction de la déchéance va s’abattre ! La voix résonnait encore dans les couloirs. La déchéance, vous entendez ?!

La porte d’entrée claqua, et le silence se fit dans la grande pièce. Le prince lança un dernier regard vers la sortie, puis annonça :

- Allons, ce n’est pas ce petit incident qui va nous empêcher de festoyer ! Allons-y !

Swiftfire s’assit alors, et le banquet put commencer. Tous voulurent, d’abord, prendre du pâté au jus de citron et à la feuille de menthe. Mais il n’y en eut bientôt plus assez, et les invités s’attaquèrent alors aux plats aussi délicieux les uns que les autres ! Les assiettes se remplissaient et se vidaient à une allure ahurissante, il ne resta bientôt plus rien sur la table du banquet. Les moins remplis arrivaient encore à grignoter quelques miettes, mais tous étaient repus. Le roi se leva alors, attirant toute l’attention.

- Oyez, cher peuple ! Je vous ai offert le repas, à présent, je vous offre l’hospitalité ! Une chambre est prévue pour vous tous, et je vais vous y emmener !

Des voix enthousiastes s’élevèrent. Le roi allait suivre les invités qui étaient déjà sortis de la salle, mais Swiftfire l’arrêta.

- Que veux-tu, mon fils ?
- Je voudrais me rendre dans la salle où se trouvent les objets que nous avons trouvés dans la pyramide ; si vous me permettez de le faire.
- Bien entendu, je te retrouverais dans cette salle. Ne traîne pas.

Le roi rejoignit alors les invités, et Swiftfire partit seul dans les couloirs du palais. L’atmosphère de la nuit lui paraissait soudainement sombre, mais il essaya de ne pas y faire attention. Il arriva alors devant la salle et sortit une clé de la poche de sa veste. Il déverrouilla la porte et la poussa. Celle-ci grinça, un grincement inquiétant dans le silence du palais. Le prince referma la porte derrière lui et rangea sa clé. Il voulut appuyer sur l’interrupteur pour allumer la lumière. Hélas ! La pièce ne s’éclaira pas.

- Il faudra que je pense à demander aux servants de changer l’ampoule, ici, se lança à lui-même Swiftfire.

Il repéra une bougie qu’il alluma sans problème. Il se déplaça dans la pièce, puis s’arrêta net devant le sarcophage. Il était ouvert. Et vide. Le prince n’y croyait pas ses yeux ; quelqu’un était donc entré ici ? Impossible ! Seul lui avait la clé ! En plus, pourquoi cette personne n’aurait-elle pas emporté les objets précieux, encore présents dans la pièce ? Cela n’avait aucun sens ! Soudain, un souffle se fit entendre. Swiftfire se retourna. Une ombre le surplombait, une ombre inquiétante. Avant qu’il ne puisse faire le moindre geste, la flamme de sa bougie s’éteignit, l’ombre l’attrapa dans ses bras, et il entendit une voix rauque lui annoncer :

- La vieille folle avait raison, Swiftfire. La malédiction de la déchéance a bien eu lieu, et rien ne pourra plus l’arrêter. Bientôt, la décadence frappera ton royaume, elle le mènera à sa perte, et la seule personne à l’origine de ce désastre sera toi, Swiftfire. Toi, qui a osé me sortir, alors qu’on m’avait emmuré pour que je ne puisse plus frapper à nouveau. Toi, qui n’a pas écouté les dires d’une vieille folle, qui n’était pas si folle que ça, pourtant. Toi, qui, maintenant, par ma possession, ne sera que traître, ne sera que rancune, toi qui sera perverti par mon être… Tu seras la perte du royaume, même si tu n’en auras pas conscience. Swiftfire… Ton corps est maintenant mien !


Derrière l'écran
Prénom : Un prénom ? Où ça ?! *sort un filet à papillon et poursuit le prénom*
Âge (facultatif) : 17 ans/font>
Comment as-tu connu le forum ? : On m'a donnée l'adresse sur MSN il y a longtemps
Des suggestions ? J'ai envie de dire "enlever les flocons", mais je vais faire avec, ça va bien finir par arrêter de laguer !
Code du règlement : Oh, euh, zut, je l'ai oublié è3é Je remplirais ça plus tard !
Possédez-vous d'autres comptes ? J'avais Trixie, je l'ai mise à supprimer. Ce perso-là, c'est pour remplasser Anivia !
PUF : Eevee33 ou Qwartz


© Codage by Cacao sur Libre Graph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Re: La déchéance [À finir]   Jeu 27 Déc - 23:01

Re-Bienvenue et bonne chance pour la suite Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Re: La déchéance [À finir]   Ven 28 Déc - 1:04

A tout hasard, ne préfèrerais-tu pas mettre en Fantôme ce compte et en créer un nouveau ? Honest
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Re: La déchéance [À finir]   Ven 28 Déc - 12:24

re bienvenu
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Re: La déchéance [À finir]   Lun 11 Fév - 17:15

Du nouveau pour ta fiche ? '-'
Revenir en haut Aller en bas

I AM Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La déchéance [À finir]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La déchéance [À finir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [TUTO] Définir manuellement sa localisation météo ?
» Vous n'avez pas réussi à finir un roman de Jane, c'est le moment d'avouer!
» Ca va peut être finir par faire beaucoup non ?
» Antonin Artaud - Pour en finir avec le jugement de Dieu
» Pour en finir avec les "Polonaises"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Friendship of Equestria  :: Avant de commencer... :: Présentations oubliées / dépassées-