~ Thème : Sing me a song of storms (Eté 2017) ~
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[Recensement 2017] Recensement terminé <3 merci à tous

Partagez | 
 

 Informations sur la Venässia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Informations sur la Venässia.    Mar 11 Sep - 13:00

La Venässia.
Dans l’extrême nord d’Equestria, on trouve les froides contrées de Venässia (prononcez Vé-næ-ssia). À cause de son nom difficilement prononçable, les poneys utilisent généralement le terme de « Grand Nord » ; certains voyageurs quelques peu aigris utilisent les appellations moins flatteuses de « Pays des givrés » ou « Endroit où l’alcoolisme semble être considéré non pas comme une maladie mais un don », mais ils sont bien entendus minoritaires.

La Venässia est une terre froide, mélange de taïgas, de montagnes, de marécages (situés au sud de la Venässia) et de steppes étrangement fertiles. De nombreux lacs et rivières parcourent ce paysage, et sont soumis aux vicissitudes du climat.

L’hiver dure six mois, et les températures peuvent descendre particulièrement bas, avec des pointes à – 50 degrés. Les couches de neige peuvent atteindre plusieurs mètres, gênant ainsi particulièrement les communications par des moyens « naturels ». Le printemps, durant deux mois, est tout aussi rude : la raspoutitsa rend la majorité des routes impraticables, les steppes se transformant en champs de boue. L’été et l’automne, les températures atteignent parfois 35 degrés, mais généralement, elles restent stables autour de 15 degrés. Cette période permet la culture de diverses plantes appréciées des poneys venässiens, comme le blé, le seigle la pomme de terre ou la betterave.

La Venässia est relativement déserte, à cause de son rigoureux climat et de sa taille proprement immense, réduisant l'idée d'une gestion météorologique par les pégases à un délire alcoolisé de venässien. Deux cités importantes, Stalliongrad et Marskow, centralisent à elles seules la moitié de la population locale ; elles rivalisent en taille avec les autres grandes villes du reste d’Equestria, Le reste est dispersé dans de petites communautés agricoles, situées le long de voies ferrées ou de fleuves qui relient le reste d’Equestria à la Venässia.

En effet, la traversée du pays étant difficile, l’essentiel des communications se fait grâce aux robustes navires fluviaux à vapeur ou aux trains qui sillonnent les steppes. À cela, il faut ajouter un dense réseau de télégramme longeant les vois ferrées. Sans tout cela, la Venässia ne serait d’ailleurs qu’un vaste désert glacé, avec seulement une poignée de villages.


Une illustration de la ligne Marskow - Stalliongrad, passant par la taïga.

Outre les poneys, on notera que de nombreuses cités souterraines de chiens diamants existent en Venässia. En effet, le sol de la région est incroyablement riche en beaucoup de minerais et de matières premières (charbon, fer, cuivre, étain, plomb, orichalque, gemmes, pierres de glace).

La population locale.
Les Venässiens sont majoritairement des poneys (avec une prédominance, d’une bonne moitié, des poneys terrestres), mais les griffons sont nombreux et bien intégrés. Ces derniers vivent depuis longtemps en bonne harmonie avec les Venässiens, et sont donc considérés comme des « traîtres » au peuple griffon en général. En Venässia, les griffons sont tenus d’ailleurs de se soumettre aux lois des Princesses Célestia et Luna.

En apparence, les Venässiens semblent froids, bougons et dénués de fantaisie, en plus de souffrir d’un haut degré d’alcoolisme. En réalité, ce sont des fêtards invertébrés, aimant la bonne chère, les chansons, le bayan, le balalaïka et les alcools. Bien qu’ils soient généralement d’un naturel enjoué et d’un volontarisme impressionnant, les Venässiens sont connus paradoxalement pour leurs chansons mélancoliques.

La réputation de consommateurs d’alcool des Venässiens n’est pas tout à fait injustifiée. Grand consommateurs de kvas, de vodka et d’aquavit, cela ne signifie pas qu’ils soient alcooliques. Ils tiennent néanmoins remarquablement bien l’alcool. Toutefois, il est vivement déconseillé aux voyageurs de goûter les « spécialités locales », parfois très fortes, et plus assimilables à du détergent qu’à autre chose…

Tout dernier point : on notera que les Venässiens (même les licornes) sont depuis toujours peu enclins à l’usage de la magie ; la télékinésie représente la seule utilisation commune. Il est d’ailleurs considéré comme impoli en Venässia de faire usage d’une magie excessive et non nécessaire. Une exception concerne les vedmas, qui peuvent user comme bon leur semble de leurs pouvoirs sans subir de désapprobation.

Les vedmas.
Les vedmas (« sage » en suomea) forment une véritable société dans la société venässienne. Il s’agit d’une antique confrérie de magiciens, formés à manier de puissants sorts basé sur le froid et la glace, ainsi qu’une magie de soins plus qu’efficace. Leur lien très particulier avec la Venässia et l’hiver font qu’à l’exception du sort de télékinésie, les vedmas sont strictement limitées à leurs domaines « traditionnels ». Pas de téléportation, pas de feu, pas de sort de détection de changelings… Mais ce lien quasi-empathique leur donne des capacités exceptionnelles et surnaturelles (un vedma est ainsi tout à fait capable de congeler entièrement un saloon du Mild West avec un soleil caniculaire).

Les vedmas, outre leurs pouvoirs, bénéficient du soutien de leurs pairs où qu’ils se trouvent, et disposent de deux objets très caractéristiques : un manteau blanc fabriqué par les meilleurs couturiers de Stalliongrad, avec des parures en leshii, et un briquet ouvragé en métaux et pierres précieuses. Tout cela a bien entendu un coût : chaque apprenti-vedma doit être coopté par des pairs, et doit présenter un certain nombre de qualités (grand courage, intelligence, fidélité à la Venässia et à la Couronne equestrienne). Et si les vedmas échappent au service militaire, elles sont tenues d’être à la disposition du Grand-duc si le besoin se fait entendre.

Par ailleurs, contrairement aux croyances populaires du reste d’Equestria… Les vedmas peuvent être aussi bien des étalons que des juments, même si on trouve effectivement un plus grand nombre de ces dernières.

Les Vory v Zakone.
Alors qu'une part importante de kattet (le terme péjoratif en suomea pour les criminels) se compose de bandits et de cotnrebandiers, il existe une sorte d'« aristocratie du crime » en Venässia. Il s’agit des Vory v Zakone, ce qui est traduisible mot-à-mot en equestrien par « voleur dans la loi ». Ils sont justement dans la loi car ils suivent un code d’honneur strict ; les voleurs dans la loi sont des escrocs, des ravisseurs professionnels, des voleurs à la tire, des cambrioleurs, des receleurs et des faussaires.

Ce code d’honneur, nommé par les intéressés Slanyve Chetit (« Honneur glorieux »), implique en tout premier lieu le refus total de toute violence trop grave ; la plupart des Vory v Zakone ont ainsi des talents sous-estimés pour prendre la fuite, mais si au grand étonnement de certains poneys, ils se montrent très compétents en combat lorsqu’il le faut. Ils se doivent aussi de refuser de collaborer avec tout représentant de la loi ou de la byurokratiya. Enfin, plus que la richesse, c’est le mode de vie qui doit être recherché (l’engagement comme Vory v Zakone est permanent, ou du moins, jusqu’à la retraite) ; de même, la solidarité entre voleurs dans la loi est essentielle à leurs yeux.

Les voleurs dans la loi sont réunis au sein de bratvas (« confrérie »). Les bratvas permettent de mutualiser une partie du butin de ses adhérents ; généralement, la moitié du butin de chaque voleur dans la loi membre est prélevé. Un cinquième de cette part est mis de côté, tandis que l’autre est répartie équitablement entre les membres du bratva. Si un voleur dans la loi devait partir en prison, la caisse commune de la bratva s’assure de lui verser (discrètement) de l’argent pour améliorer son quotidien, et veille à ce que sa famille garde un train de vie identique. De plus, si pour une raison ou une autre le voleur dans la loi venait à ne pas avoir suffisamment d’argent pour partir à la retraite, la caisse commune s’assure qu’il puisse terminer sa vie décemment.

La caisse est gérée – et protégée - par des membres élus démocratiquement. Recevoir la gestion d’une caisse est généralement considéré comme le plus grand honneur qui soit pour un Vory v Zakone.

Toutes ces particularités font que les Venässiens portent un regard particulier sur les voleurs dans la loi. S’ils sont nuisibles, ils restent honorables par leurs comportements et leur manière d’être, et leur refus de la violence – au contraire de bien des bandits de grand chemin du kanvilli. De ce fait, le sentiment qui prévaut est un mépris teintée d’admiration pour leur code d’honneur.

Relations entre le pouvoir central et la Venässia.
La Venässia bénéficie d’une autonomie parmi les plus larges d’Equestria, et les locaux disposent de leurs propres institutions séculaires. Un grand nombre de choses sont délégués au gouvernement venässien, si l’on excepte la politique étrangère et (partiellement) les affaires militaires.

Le pouvoir exécutif est représenté par le Grand-duc (Veliky Knyaz) ; le titre est héréditaire et es porté par la même famille depuis des éons ; actuellement, il s’agit de Red Star Siruaus, un pégase connu pour son caractère fantasque. Le Grand-duc est conseillé par le Conseil privé (Tanyvyy Sovet), présidé par le Chancelier de Venässia, secondé lui-même par le Trésorier de Venässia. Les Princesses nomment également un Consul (Konsul), chargé de vérifier le caractère légal des lois et représentant les intérêts de la Couronne auprès du Grand-duc ; il est assisté par un Vice-consul (Vitse-konsul, qui assiste aux séances de la Douma et peut exprimer son avis à propos des lois.

Le pouvoir législatif est représenté par le Vysshiv Sovet (composé des boyards, la noblesse locale) et la Douma (dont les membres sont élus par le peuple). La byurokratiya, dirigé par un Chambellan élu par le Parlement, est l’extension du pouvoir exécutif, composé d’administrateurs formés à Stalliongrad (alors que dans la majorité des régions d’Equestria, ils sont formés à Canterlot). Le pouvoir judiciaire, dirigé par le Garde des Sceaux, est entièrement du ressort de la Venässia : la seule instance judiciaire supérieure est la Cour d’Assises d’Equestria, présidés par Ses Majestés. Les Venässiens étant tous plus ou moins politisés, de bas en haut, ils ont tendance à transformer toute divergence politique en querelle byzantine. Cela paraît très inhabituel au reste des Equestriens, habitués au consensus politique.


Un byurokratit, employé dans les Douanes du port de Marskow.

Il est notable que, malgré leur éloignement de Canterlot et leur autonomie par rapport au pouvoir royal, les Venässiens sont des patriotes, aux mœurs remarquablement militarisés ; cela se voit par la passion des médailles pour les locaux. Ainsi, en Venässia, le service au sein de la Garde royale est obligatoire (pour une période de seize mois) et malgré leur faible nombre par rapport au reste d’Equestria, les Venässiens disposent pour eux seuls d’un des huit régiments de la Garde royale ; celui-ci est dirigé par le colonel Smirnoff, héros national et grand amateur de vodka.


Dernière édition par Dark Dawn le Mer 7 Nov - 14:59, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Re: Informations sur la Venässia.    Mar 11 Sep - 13:01

Les leshii.
Les leshii sont des créatures sauvages et magiques peuplant les vastes étendues de Venässia. Ils ressemblent à des canidés hirsutes, à la fourrure blanche, mais semblent être capables de se métamorphoser en bien d’autres créatures – incluant des poneys. Ils sont bien entendus d’excellents combattants, à l’intelligence acérée et à la rapidité proverbiale.


Un croquis représentant un leshii sous sa forme "naturelle".

Hostiles aux poneys et d’une méchanceté sans bornes, ils entrent de plus en plus en conflit avec les poneys face à le gain progressif des chemins de fer sur les steppes. S’ils optent souvent pour l’attaque frontale (ils sont très connus pour leurs attaques de trains), les leshii emploient des moyens parfois plus subtils pour lutter contre les poneys : ils n’hésitent pas à provoquer des tempêtes de neige en leur présence, à les égarer dans la nature ou à leur tendre des embuscades. Ainsi, les Venässiens recommandent toujours une grande méfiance en forêt.

Un leshii peut se reconnaître néanmoins grâce à deux traits distinctifs. Le premier est que les leshii craignent les vedmas, se montrant extrêmement agressifs et distants à leur égard. Le second est que les leshii ne semblent capables que de se métamorphoser en poney adulte ; or, ils ne portent jamais de cutie mark.

La Venässia, une terre des esprits.
Plus que n’importe quel endroit d’Equestria, les esprits et les créatures magiques grouillent en Venässia. Ils sont désignés par le terme de nastroenie, qui regroupent aussi bien des créatures bénéfiques que maléfiques ; on en exclut néanmoins les leshii. Elles sont généralement attachées à un lieu précis.

Par exemple, on trouve les domovoy, liés au foyer. Lorsqu’ils s’attachent à une maison, ils aident ses habitants lorsqu’ils dorment, en échange d’un bol d’okrochka. Mais si son travail n’est pas récompensé ou qu’on cherche obstinément à le voir, il se venge en jouant des tours pendables à son hôte : il casse la vaisselle, réveille les poneys en les chatouillant dans leur lit, fait des trous dans les manteaux…


Un domovoy, sortant de l’âtre où il s’était caché.

Dans un autre style, il existe les bannik, esprits protecteurs des saunas. Parfois, un bannik s’y installe, entretenant alors le sauna. En échange de cet entretien, il est nécessaire de laisser tranquille le bannik pendant son nettoyage, d’éviter de consommer de l’alcool dans le sauna, de lui offrir du kissel et de négocier avec lui une journée où il peut jouir comme il le souhaite du sauna. En échange de toutes ces exigences, le bannik défend énergiquement ses hôtes contre toute agression.

D’autres esprits plus ou moins bienveillants existent encore. Les bereguini, belles et sympathiques esprits, ressemblent à des juments sans cutie mark ; elles veillent sur les rivières et protègent les créatures intelligentes des leshii. Les bossorkoun sont les esprits des montagnes, neutres bien qu’un peu hautain. Les polevik veillent sur les cultures en échange d’offrandes. Les aouka sont des êtres ventripotents, très rares, à l’humour très particulier (ils aiment par exemple perdre les voyageurs et les bûcherons), mais capables d’une grande générosité. Ils s’opposent aussi aux visées des leshii, et pour cela, ils sont capables de déployer une force extraordinaire pour sauver des poneys persécutés par eux.

Dans un registre plus noir, on trouve les antsybal, esprits des marais ; ils sont mauvais et jouent des tours particulièrement détestables aux poneys et aux griffons dans le seul but de les blesser. Les oupry sont des esprits facétieux, capables de se métamorphoser en poney, et envoûtant les voyageuses pour les réduire en esclavage ; ils cherchent en effet à tresser d’innombrables tapisseries pour orner leur demeure. Les roussalka, pendants maléfiques des bereguini, tentent d’entraîner par le fond des poneys imprudents, qui ne verraient pas leurs queues de poisson. Les zlydni, des petites êtres dotés de sabots et de cornes, s’en prennent aux trains, aux personnes isolées et aux voyageurs ; leur amour des gemmes et des métaux précieux expliquent ces détroussements.

Le Kalevaly.
Le Kalevaly est l’épopée historique contant les origines du peuple venässien, bien avant que Equestria ne vit le jour et que Luna ne devienne Night Mare Moon. C’est un long poème, divisé en cinquante chants, et qui est écrit dans un suomea assez ancien ; de ce fait, pour un non-Venässien qui parlerait suomea, le Kalevaly est assez obscur. De plus, sa forme très particulière de versification, qui insiste sur les rimes intérieures comme les allitérations et assonances, le rendent assez peu évidents à prononcer. Tout Venässien connaît le Kalevaly et ce qu’il raconte, et use au quotidien d’expressions tirées de celui-ci.

Les douze premiers chants du Kalevaly narrent l’éveil des quatre protecteurs de la Venässia : Helmevaïla le Dragon de la Renaissance, Talvilupaus le Grand Dragon de Glace, Soturi le Pégase Combattant, et Opekunles le Gardien des Forêts. Tous quatre, ils chassèrent le Div, un esprit maléfique qui régnait auparavant sur la région. Ils s’en firent les protecteurs, au nom des animaux et des esprits bienveillants des lieux.

Les dix chants suivants content l’arrivée des premiers poneys dans la région et leurs négociations fructueuses pour obtenir la bienveillance des quatre protecteurs ; divers éléments légendaires sont contés, faisant appel à des héros affrontant le Div ou ses mignons. Les quatre chants qui suivent décrivent la lente transformation morale de Talvilupaus, de plus en plus fasciné par le Mal et ses facilités.

Les huit chants suivants racontent l’arrivée de Discord et son joug malfaisant sur les poneys. Ceux de la Venässia, effrayés, font appel aux auspices des protecteurs. Hélas, Talvilupaus trompât les poneys et s’arrogea le monopole de la protection de ceux-ci. Grâce à un pacte sibyllin, il défit Soturi et l’emprisonna, transforma son frère Helmevaïla en statue de glace, et contraint à l’exil Opekunles. Aussi, si Discord fut vaincu et ne put étendre sa domination à la Venässia, la protection de Talvilupaus eut un prix : la réduction en esclavage des poneys et le maintien d’un éternel hiver sur la Venässia. Talvilupaus était devenu Kirousjää le Traître.

Les quatorze chants suivants s’intéressent à Louhi, qui grandit sous le joug de Kirousjää. Mais très vite, celle-ci devint puissante. Ses pouvoirs semblaient indiquer un don bien au-delà des habitudes. Aussi, Kirousjää reçut bientôt la visite d’un poney énigmatique, Usko le Prophète, qui lui prédit que son heure de gloire serait bientôt fini et que son pouvoir serait balayé par cette ponette. Tout naturellement, le Grand Dragon de Glace envoya ses mignons poursuivre la ponette, et tous échouèrent dans leur quête.

Louhi rencontra ensuite l’ancien forgeron de Soturi, Ilmarinen. Elle parvint à le convaincre de forger le sampo, un moulin en orichalque capable de contrôler le feu et de créer des richesses impressionnantes. Avec celui-ci et à ses pouvoirs, elle parvint à vaincre Kirousjää et à le transformer en statue de glace.

Les deux derniers chants racontent l’allégeance de Louhi aux Princesses Luna et Célestia, récentes vainqueurs de Discord, et à l’intégration de la Venässia dans Equestria. Ils comptent aussi son mariage avec Väinämo, le Conteur (qui a écrit justement le Kalevaly), et le départ d'un des compagnons d'arme de Louhi, Rokheus, un griffon vedma qui allait devenir plus tard le Storozh.

Kirousjää, lui, œuvre toujours. Sa défaite n’a pas entamé le moins du monde ses projets et par deux fois, il s’est réveillé de sa prison de glace. La première fois, il fut vaincu par un griffon mystérieux, le Storozh, qui avait en sa possession le sampo perdu depuis la dispartion de Louhi ; la seconde fois, ce fut par le vedma Tempest Talvi. Les Venässiens savent qu’un jour ou l’autre, Kirousjää reviendra, et cette idée ne leur fait pas vraiment peur. Non, ce qu’ils craignent véritablement, c’est qu’aucun héros ne puisse leur venir en aide…

En tout cas, les enfants de Kirousjää hantent encore le Grand Nord. Les dragons de glace, même s’ils se font discrets et rares, cherchent toujours à nuire aux poneys et ne veulent que hâter le retour de leur père…


Dernière édition par Dark Dawn le Lun 1 Oct - 14:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Re: Informations sur la Venässia.    Mar 11 Sep - 13:04

Les cités du Grand Nord.

Stalliongrad.
Capitale de la Venässia, et surnommé la « Perle du Nord » par des voyageurs peut-être trop admiratifs, Stalliongrad est l’une des plus grandes villes d’Equestria. Cité étrangement cosmopolite pour sa situation lointaine et isolée, on trouve ainsi des minotaures, des zèbres, des ânes, des dragons, des mules et même d’horribles chiens diamants, qui commercent avec les poneys.

La ville étant placée sur l’Iednikovyi, le plus grand fleuve de Venässia. Ainsi, la ville est reliée au port de Marskow, plus méridional. Elle est également située à la convergence d’une dizaine de lignes de fer provenant de tout Venässia. Ainsi, malgré sa situation lointaine, elle est donc facile d’accès.


Un quartier industriel de Stalliongrad.

Stalliongrad est une cité pionnière depuis longtemps dans la technologie : son isolement a contraint ses habitants à faire preuve d’ingéniosité, qui s’est traduit par son développement mécanique. La ville est ainsi parcourue par des tramways à vapeur. Tout habitant de Stalliongrad a quelques notions de mécanique, qu’il utilise à bon escient.

Outre ce fait, la réputation de Stalliongrad provient de son rôle de centre minier et de ses puissantes industries. En effet, la cité est entourée de nombreuses petites villes, qui fournissent à la ville charbon, fer, cuivre et orichalque aux usines locales, qui exportent par la suite ces produits dans l’ensemble d’Equestria. Ainsi, des mécanismes, des machines et des outils de Stalliongrad se retrouvent à travers l’ensemble du pays, où ils sont réputés pour leur robustesse et leur facilité d’usage.

Marskow.
Seconde cité de la Venässia, Marskow est une cité portuaire située à l’embouchure de l’Iednikovyi, lorsqu’il se déverse dans la célèbre Mer des Glaces. Bloquée par la glace environ quatre mois par an, c’est également un nœud ferroviaire important, et l’une des villes les plus méridionales de la région.

Outre son statut stratégique, Marskow est également réputée pour son savoir-faire dans les gemmes de glace, dont l’utilisation est nécessaire pour certains enchantements. Cependant, les voyageurs gardent surtout en tête la mauvaise réputation de Marskow, du à un crime organisé puissant et qui persiste malgré les opérations régulière de la Garde royale.

L’autre partie de la réputation de Marskow vient de sa célèbre Université des Glaces, réputée pour former les vedmas de la Venässia. Cette école est réputée pour ses excellentes formations magiques, bien qu’elles ciblent avant tout un public de licornes venässiennes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Re: Informations sur la Venässia.    Mar 11 Sep - 13:04

Précis de vocabulaire à l’usage des mal-comprenants du suomea.
Les Venässiens disposent de leur propre langue, le suomea. Celui-ci est issu d’une ancienne langue locale et de la langue equestrienne actuelle. Très difficilement compréhensible pour le poney moyen, elle compte un certain nombre de différences notables de prononciation notables, en plus d’un vocabulaire très particulier et de modifications grammaticales. La grande majorité des Venässiens maîtrisent néanmoins la langue equestrienne normale, qu’ils parlent avec un accent caractéristique (transformant les « u » en « ou » et les « e » en « é », et en roulant légèrement les r).

  • Anteeski : En suomea, « pardon ».
  • Aquavit : Moins connu que la vodka, cet alcool typiquement venässien est très fort (« imbuvable », diraient certains). Il est conçu à partir d’une variante locale de genièvre, plante au goût prononcé en temps normal. Les variantes les plus fortes sont aromatisées aux myrtilles fermentées et aux pommes.
  • Balaïka : Instrument traditionnel venässien à cordes pincées. Il est doté d’un manche long et a une forme triangulaire. Il est habituellement utilisé pour accompagner chants et danses en Venässia.
  • Bayan : Accordéon traditionnel du Venässia, qui permet de jouer des musiques de tout type.
  • Blini : Sorte de galette épaisse au blé, mangé au petit-déjeuner et lors des grandes occasions.
  • Boyard : Noble venässien. Son féminin est « boyardin ». Le terme est aussi utilisé comme titre pour désigner les nobles non-titrés.
  • Byline : Poésie héroïque traditionnelle, en vers libres et souvent chantée.
  • Byurokratit : Membre de la byurokratiya.
  • Byurokratiya : Terme désignant l’administration venässienne, connue pour son effroyable complexité (jugée parfaitement normale par les locaux, habitués à la chose). Étrangement, elle semble bien plus efficace que la majorité des administrations locales du reste d’Equestria, alors même que ses principes de gestion sont totalement irrationnels.
  • Chapka : Chapeau traditionnel venässien, à la forme conique caractéristique, et doté de rabats pour les joues.
  • Div ! : Interjection typique des Venässiens, en référence au div, esprit mythologique maléfique des byline et des skazpta. Elle est utilisée pour exclamer la surprise ou la colère.
  • Do svidaniya : En suomea, « au revoir » (plus formel que « poka » mais aussi plus neutre que « hyvästi »).
  • Dobro pozhalovat : En suomea, « bienvenue ».
  • Dobroe utro : En suomea, « bonjour » (plus formel que le « hei »).
  • Douma : Assemblée législative représentant le peuple.
  • Drakonled : En suomea, « dragon de glace ». L’espèce se distingue de ses congénères par une plus grande perversité, une pâle couleur bleutée et sa capacité à cracher un souffle glaçant plutôt que du feu.
  • Durak : Jeu de cartes traditionnel de la Venässia ; il est difficile à appréhender facilement pour un non-Venässien. C'est un jeu des milieux populaires et militaires, où il joue sur un pied d'égalité avec les dés venässiens (noppa en suomea). Les boyards lui préfère le preferans.
  • Ei : En suomea, « Non ».
  • Elamä sokhra ! : Exclamation utilisée pour porter un toast. Littéralement, le terme signifie « Longue vie ! » (sous-entendu, au Grand-duc).
  • Hauska : En suomea, « Amusant », avec une forte connotation de « merveilleux » derrière. Un équivalent venässien du célèbre Awesome equestrien.
  • Hei : En suomea, « salut ».
  • Hullu : Terme désignant les personnes voyageant à pied dans la kanvilli. Littéralement, le terme signifie « fou », en raison des difficultés d’une telle action.
  • Hyvästi : Difficilement traduisible en equestrien, il peut être vaguement rapproché du « Adieu ». Il indique le regret et le chagrin qu’entraîne le départ, souvent définitif, d’une personne, accompagnée de l’espérance qu’il reviendra. Il est notamment utilisé par les amoureux. Par ailleurs, il est célèbre pour être utilisé dans le tout dernier vers du Kalevaly (lorsque Vänäimo indique qu’il souhaite retrouver sa douce Louhi).
  • Iedni : Surnom traditionnel de l’Iednikovyi.
  • Kacha : Bouillie typique, faite à partir de blé cuit à l’eau.
  • Kanvilli : Terme désignant les terres non-civilisées de la Venässia, peuplées de créatures sauvages, de monstres et soumis à un climat parfois rigoureux.
  • Kattet : Terme très péjoratif pour criminel (troncature d'« irrécupérable » en suomea).
  • Kiitos : En suomea, « Merci ». Une variante plus solennelle et utilisée traditionnellement pour les grandes occasions, « Spasibo », existe.
  • Kissel : Soupe sucrée traditionnelle, faite à partir de baies et de fruits rouges.
  • Konsul : En suomea, « Consul ». Représentant officiel des Princesses en Venässia.
  • Kvas : Boisson très faiblement alcoolisé, faite à partir de la fermentation de pain et aromatisé avec des fruits.
  • Kÿlla : En suomea, « Oui ». La variante « Da » est populaire.
  • Ledi : En suomea, « Lady ».
  • Le Kalevaly : Épopée du peuple venässien, sûrement la plus célèbre en raison de son aspect fondateur dans l'histoire de la région. Elle compte la victoire de la première Grand-duchesse, Louhi, sur des forces maléfiques, peu de temps après la défaite de Discord.
  • Le Kotchteï : Être mythique, présent dans les skazpta et les byline traditionnelles. Poney vieux et laid, mais doté de pouvoirs magiques immenses et d’une grande force physique, il enlève fréquemment des êtres faibles (femmes nobles, cadets sans expériences). Pour le vaincre, il faut briser son cœur de glace, contenu dans de multiples objets bien cachés, ce qui entraîne sa disparition.
  • Le Storozh : Griffon légendaire, visiblement immortel (il apparaît depuis plus d’un millénaire et demi), qui aurait combattu aux côtés de Louhi et viendrait en aide au peuple venässien lors de ses heures les plus sombres.
  • Militsia : En suomea, « Garde royal ».
  • Mors : Surnom traditionnel de Marskow.
  • Moujik : En suomea, « Paysan ».
  • Nastroenie : Terme utilisé pour parler des nombreux esprits hantant la Venässia, aussi bien maléfiques que bénéfiques. Cela exclut néanmoins les leshii.
  • Nnazvaniye linii : En suomea, « nom de lignée ». Ce nom est portée par tous les Venässiens, accolés au nom normal, qui est en equestrien (même lorsque les Venässiens parlent en suomea) ; le nom de lignée provient d’un ancêtre glorieux, d’un rapport avec les activités traditionnelles de la famille, ou encore est tout simplement immémorial. Son utilisation est restreinte aux actes administratifs, aux relations particulièrement formelles (on ne dit pas ainsi « Colonel Spring Wind », mais « Colonel Smirnoff ») et aux cérémonies. Imposer son usage à une personne est une façon de mettre de la distance, de façon généralement abrupte.
  • Noppa : Jeu de dés venässien typique ; il est aussi bien joué par les milieux nobles que non-nobles.
  • Okrochka : Soupe froide venässienne, faite avec du kvas, des légumes crus et des pommes de terre.
  • Olipa pomozhet nam ! : Invocation en appelant à la justice des Princesses. Littéralement, le terme signifie « Qu'elles nous gardent ! ».
  • Pelmeni : Beignet salé, fourré avec des légumes divers.
  • Poiest : En suomea, « train ».
  • Poka : En suomea, « à plus ».
  • Posle nas, Herra Talvi : En suomea, « Après nous, l’Hiver Éternel ». Expression empreinte d’une certaine ironie tyypillisi venässy : elle signifie simplement le désintéressement des conséquences logiques d’un acte ou du futur, avec un esprit typique du sisu. L’Hiver Éternel est une référence à celui qu’imposa Kirousjää à la Venässia.
  • Pradznik : Terme désignant traditionnellement la fête.
  • Preferans : Jeu de cartes de la Venässia, typique des milieux nobles. Il est d'origine prançaise (son nom est un calque phonétique de préférence).
  • Raspoutitsa : Période de fonte des neiges au printemps, où les routes sont impraticables en raison de la boue.
  • Samovar : Instrument servant à la préparation d’un thé noir fort bu dans la Venässia. Elle comporte une partie centrale contenant le charbon chauffant l’eau.
  • Sauna : Pièce caractéristique des maisons venässiens, où l’on prend des bains de vapeur sèche et où l’on se lave. Le sauna représente parfaitement le mode de vie venässien.
  • Ser : En suomea, « Sir ».
  • Sisu : Sentiment de courage et d’abnégation typiquement vernässien. Le terme est intraduisible, mais fait référence à la pureté du cœur.
  • Skazpta : Conte traditionnel venässien.
  • Sobaka kamni : En suomea, « chien diamant » (littéralement, « chien des gemmes »). Le terme mostrek (« monstre ») se rencontre parfois pour les désigner, mais il est bien évidemment péjoratif.
  • Stallian : Surnom local de Stalliongrad.
  • Suomea : Langue parlée dans la Venässia.
  • Syrniki : Beignet sucré au fromage frais, souvent mangé avec du kissel.
  • Taïgas : Forêts froides de conifères, difficilement cultivables en raison de leur sol acide.
  • Tovaritch : En suomea, « camarade ». Les Venässiens usent (et abusent) de ce terme, par lesquels ils désignent les personnes sympathiques à leurs yeux. Une abréviation plaisante (voire ironique), tovari, se rencontre dans les milieux populaires et criminels.
  • Väinämontorttu : Sortes de muffin à l'amande, contenant de la confiture de framboise et généralement aromatisé à l'aquavit aux myrtilles.
  • Vedmas : Magiciens aux pouvoirs très spécifiques, formant une confrérie fermée et secrète. Ils contrôlent des sorts basés sur le froid et sont spécialistes des soins magiques. Contrairement à l’imagerie populaire des Equestriens (pour qui la vedma est souvent une jument), les vedmas peuvent être aussi bien des hommes que des femmes.
  • Veliky Knyaz : En suomea, « Grand-duc ».
  • Vodka : Alcool fort, distillée à partir de pommes de terre ou plus rarement de blé.
  • Vory v Zakone : En suomea, « Voleur dans la loi » (souvent traduit tel quel en equestrien). Il s'agit d'une sorte d'aristocratie du crime qui suit un code d'honneur particulièrement contraignant.
  • Vysshiv Sovet : Assemblée législative représentant la noblesse.
Revenir en haut Aller en bas

I AM Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Informations sur la Venässia.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Informations sur la Venässia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Informations biographiques sur Camille Debans?
» Notes d'informations venant de forumactif (notre hébergeur)
» Que veulent dire les informations sur les lipos / lipo ?
» Informations sur ALESIA
» [RÉSOLU][AIDE] Besoin d'informations techniques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Friendship of Equestria  :: Avant de commencer... :: Le Grimoire Originel-