~ Thème : Sing me a song of storms (Eté 2017) ~
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[Recensement 2017] Donnez nous de vos nouvelles <3

Partagez | 
 

 Yeah, yeah, yeah, yeah, yeah, yeah !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Yeah, yeah, yeah, yeah, yeah, yeah !   Lun 22 Juil - 23:27


Babs Seed
Âge : 8 ans
Sexe : Filly
Race : Terrestre
Cutie Mark : Blank
Talent : Aucun
Métier : ON FAIT PAS TRAVAILLER LES ENFANTS Evil or Very Mad
Lieux de résidence : Manehatten, bientôt Ponyville
Breed (race des parents) : Terrestre X2

Caractère
( en 6 lignes minimum )

Babs est avant tout une pouliche assez triste. Babs est timide, peureuse, et peut facilement être blessée moralement. Elle a toujours honte d'être Blank Flank, même si ses amies l'aident. Elle a un peu moins honte car elle sait que cela viendra quand le moment sera venu, mais cela reste un sujet sensible. Babs peut se montrer très fo-folle en compagnie de ses amies. Elle aime s'amuser, elle aime la musique, elle aime regarder les étoiles. Elle aime aussi toujours avoir des doudous dans son lit, séquelle de sa mauvaise jeunesse. Elle a beaucoup souffert quand elle était petite, et en paie encore plus le prix désormais. Il lui arrive souvent de faire des cauchemars voir même de mouiller son lit. Mais maintenant qu'elle est loin de ses problèmes, elle va un peu mieux...Mais malgré tout ça, elle reste enthousiaste, courageuse, rigolote, polie, et très très très gentille.


Physique
( en 6 lignes minimum )

Babs est une jeune pouliche a la robe céréale. Elle possède une manne rouge pomme/bordeau, même si on ne peut pas trop définir la couleur, coupés courts, lui donnant un petit air de gamine/garçon manqué, coiffée de manière un peu rebelle, avec toujours cette petite mèche qu'elle remonte d'un souffle. Elle possède une queue de même couleur, recourbée, pour cacher au mieux son flanc blanc. Ses yeux sont vert pomme, elle n'es pas maigre, ni grosse, mais a un tout tout tout tout petit embonpoint, ce qui la rends assez enfantine et mignonne. Elle possède aussi des tâches de rousseur sur les joues, la marque de fabrique des Apple !


Histoire
( en 7 lignes minimum )

Connaissez vous Manehatten ? Une ville immense. Immense au point de vue de la taille, mais aussi des gens, et surtout de leurs différences. Une ville pleine des hauts sociétaires les plus riches, mais aussi des PSDF les plus pauvres. Un énorme clivage social, culturel, intellectuel et monétaire s'était installé sur cette cité aux buildings immenses, symboles de l'économie d'Equestria, mais aussi aux quartiers défraîchis, dont les maisons en ruines s'écroulaient, et ou l'insalubrité était telle que même les plus pauvres se refusaient a habiter ici. C'est dans cette ville triste que commence notre histoire. Ce n'est pas une grande histoire d'aventure. C'est un histoire qui aurait pu frapper n'importe qui, et qui malgré son extrême tristesse, n'en est pas moins normale. Elle aurait pu frapper n'importe qui, mais celle que le destin a choisit de frapper, est né ce jour a Manehatten. Imaginez un jour d'hiver. Ou des nuages gris et tristes mélangés a la pollution couvraient le ciel. Dans un hopitâl aux murs blancs, tristes comme le reste de la ville, une jeune pouliche du nom de Babs Seed naissait. Son premier cri était annonciateur de la suite. Il était assez faible. Je ne peux vous raconter sa jeunesse. On ne sait pas trop ce qu'il s'est passé...Jusqu'a ce qu'elle entre en grande classe. Elle devait avoir a peu près huit ans. Et un jour comme les autres.......

*Bip bip bip*

Le réveil sonna. C'était l'heure de se lever. Comme tous les matins, Babs se réveillait tôt. Ses parents étaient, comme souvent, partis en voyage, et dans la maison, ne restait que Babs et les domestiques. Dans cette immense maison dorée, aux colonnades, au sol de marbre, et aux plafonds majestueux. Un matin comme tellement d'autres, Babs se réveilla, soulevant ses draps. Son lit présentait une large auréole foncée. Babs s'empressa de changer les draps et de les dissimuler dans un placard. Elle se rendit dans la salle a manger, ou, comme tellement de matins avant, son petit déjeuner l'attendait. Elle ne mangea pas beaucoup. Elle pris son cartable, et comme tous les jours, elle s'en alla, seule, a travers les rues de Manehatten, jusqu'à son école. Elle traîna des pattes longuement dans les rues, et arriva a l'école. Comme d'habitude, elle passa les lourdes grilles en fer, regardant a droite et a gauche afin d'éviter le maximum de monde. Elle alla se cacher dans un coin, en attendant l'appel et profita d'un peu de solitude. Quiétude de courte durée. Soudain, un groupe de quatres poulains s'approchèrent.

« Alors, Blanky Flanky, on est toute seule ? »

« Tirez vous... »

« Oh...Mais ce n'est pas bien de s'adresser a nous de cette façon ! Nous allons aller voir le professeur pour lui dire que tu nous a insulté ! »


Ils se mirent a rire

« Et qu'est ce que ça fait d'avoir le flanc vide, blanc, vierge ? »

Babs se contenta de soupirer en leur lançant un regard noir. La sonnerie retentit, et elle attrapa son sac, et se dirigea vers sa salle de classe. La bande la regarda s'en aller en rigolant. Babs passa sa matinée de cours avachie sur son bureau, écoutant vaguement la professeur. Quant vint l'heure de midi, elle se dirigea vers la cours pour prendre son repas. Elle s'assit sur un banc, et soudain, surgit de nulle part, un des quatre de la bande, Iron Rock, lui tapa dedans, faisant voler son sac de repas, le rattrapant au vol, et s'enfuyant avec en riant. Babs soupira. Tant pis, elle n'avait pas très faim. Une heure plus tard, elle rentra en classe. L'après midi se passa comme la matinée. A la fin de la journée, Babs repartit chez elle. Ses parents étaient rentrés. Elle passa la porte d'entrée en entendit une voix forte et sèche

« Babs. Passe immédiatement dans mon bureau. »

Babs se dirigea d'un pas trainant vers le bureau de son père. Elle y entra.

« Tu n'as pas frappé. Ressort immédiatement. »

Babs sortit, referma la porte et frappa

« Tu peux entrer. »

Elle entra et se dirigea vers le bureau.

« Prends place. »

Babs s'assit sur une chaise

« Tes notes ont énormément baissé. De plus, ta professeure nous a confié que tu étais passive en cours. Cela ne va pas du tout. Si tes notes ne remontent pas d'ici le prochain trimestre, tu sais les punitions qui t'attendent. »

Babs frissonna. Elle savait très bien ce qui l'attendait. Et elle ne voulait revivre cela pour rien au monde.

« Vas-t-en maintenant. J'ai du travail. »

Babs repartit. Elle referma la porte et alla se coucher immédiatement. Sans même manger.

Quelques semaines plus tard, elle fut invitée par sa grande cousine Applejack qui insista lourdement auprès de ses parents pour qu'elle puisse venir a Ponyville. Je pense ne pas avoir a vous raconter les détails...Mais elle s'y est beaucoup amusée !

Mais le plaisir était tel, que le contrecoup en fut atrocement douloureux. Quand elle fut rentrée, elle ne cessait de penser a sa cousine, et a tout ce qu'il s'était passé. Elle ne cessait de penser au bonheur qu'il était possible d'éprouver. Le soir, sur son lit, elle pleura longtemps. A l'école, elle ne faisait plus attention aux horribles poneys de son âge, elle avait bien d'autres choses en tête. Toute la journée elle ne pensait plus qu'a la joie et a tout ce qu'elle avait vécu avec sa cousine. Encore et toujours. Et ainsi de jours en jours. Et inévitablement, ce qui ne devait surtout pas arriver arriva. Ses notes baissèrent et un soir, elle fut convoquée dans le bureau de son père...Elle frappa a la porte et entra en refermant la porte. Quelques minutes passèrent. Puis, un hurlement traversa la maison. Tous les domestiques, et autres servants frissonnèrent. Tout le monde savait ce qu'il se passait. Mais personne ne disait rien. Après le cri, un silence encore plus pesant s’abattit sur la maison. D'autres petits cris se faisaient entendre. Des bruits. Des claquements. Puis des pleurs. Soudain, un cri masculin. La grande porte en bois du bureau s'ouvrit violemment. Babs, en pleurs, en sortit en courant. Elle se dirigea en pleurant vers la porte d'entrée. Elle sortit et claqua la porte.
Quelques temps plus tard, Babs marchait dans la rue d'un pas traînant. Elle ne savait pas ou aller. Elle n'avait pas d'argent pour prendre le train. Elle n'avait nulle part ou se rendre. Elle se laissa tomber contre un mur, et les larmes de mirent a couler. Elle hurla tout ce désespoir qu'elle gardait en elle jusque là. Des heures passèrent. Elle s'était ramassée sur elle même, la tête sur les genoux, et fixait le sol d'un regard vide. Puis la nuit arriva peu a peu. Une nuit dehors. Dans les rues peu rassurantes de Manehatten. Cependant, une voix brisa le silence


« Jeune fille... ? Vous allez bien... ? »

Babs releva la tête et vit une jument assez jolie, avec une paire de lunettes sur le nez et un sac sur le dos. Elle avait une crinière mi-longue et argentée, et une robe bleue.

« Que faites vous seule ici a une heure pareille ? »

Babs la regarda droit dans les yeux et éclata en sanglots. La jument la pris dans ses pattes.

« Je vais t'emmener au centre, tu vas me raconter ce qu'il s'est passé. C'est la première fois que je te vois dans la rue. Je m'appelle Silver Song. Je suis la...comment dire...directrice d'un centre qui recueille les poulains perdus dans les rues. Allez, viens. »

Elle souleva Babs et la posa sur son dos. Elle était encore assez jeune, et donc pas trop lourde pour la jument. Celle-ci se dirigea vers le « centre », et après un moment de silence, ou seul le battement des sabots contre le pavé résonnant dans la rue et les hoquets de Babs se faisaient entendre, Silver brisa le silence

« Au fait, je ne connais même pas ton nom... ? »

« B-Babs... »

« Ravie de te connaître, Babs ! »


Après quelques minutes de marche, qui parurent une éternité a Babs, qui avait fini par s'endormir sur le dos de Sliver, elle se réveilla au bruit d'une porte se refermant. Elle constata qu'elle était a l'intérieur d'une grande bâtisse. Il y avait deux jument qui discutaient devant une porte, a gauche, un panneau indiquant « Chambres », et des couloirs partant un peu partout. L'intérieur était propre et accueillant. Les couleurs assez chaudes donnait un climat chaleureux aux murs. Pas un bruit. Silver fit un signe aux deux jument qui s'écartèrent, et lui ouvrirent la porte. A l'intérieur de cette piece, il y avait une table, couverte de dossiers, un grand canapé pleins de peluches, une grande bibliothèque en bois sur deux murs, et une lampe diffusant une lumière douce et agréable. Silver déposa doucement Babs dans le canapé et pris une chaise pour s'asseoir tout près d'elle. Elle la regarda en souriant

« Ca va ? Tu veux un chocolat ? »

Elle lui tendit une tasse remplie de chocolat chaud. Babs regarda la tasse avec admiration et n'attendit pas une seconde pour plonger ses lèvres dans le breuvage. C'était chaud. Et sucré. Elle le sentait couler doucement dans sa gorge. Elle ferma les yeux. La légère vapeur s'élevant de la tasse emplissait ses narines de l'odeur du liquide. Elle regarda Silver

« Raconte moi. Que s'est il passé ? Pourquoi étais-tu ainsi dehors ? »

Sliver la regarda d'un air assez grave. Babs se mit a parler. Tout se mélangeait dans sa tête, mais elle se souvenait très bien de ce qu'il s'était passé. Et même de tout ce qu'il se passait avant. Les deux juments restées a l’extérieur écoutaient discrètement. La tristesse et la terreur se grava peu a peu sur leur visage au fur et a mesure du récit de la pouliche. Quand elle eu finit, les larmes avaient cessé de couler pour laisser place a un regard vide. Mais les traces des rivières qu'elle avait pleuré étaient bien visibles.

« Babs. Je dois voir tes parents. Ou habitent ils ? »

« Madame...si vous allez les voir...il vont me punir encore plus fort... »

« Ecoute. C'est impossible que tu retournes chez ces gens. Je pourrais moi même être punie pour cela. Cet endroit est un centre de recueil des jeunes poulains maltraités, battus, ou orphelins. Nous leur cherchons des parents pour qu'ils puissent vivre une jeunesse heureuse. En attendant, ils vivent leur vie ici. Nous sommes assez nombreuses ici pour nous occuper de tous ces poulains. Et nous arrivons a trouver des parents a ces jeunes. Je ne peux en rien t'obliger a rester. Cependant, si tu le veux, tu peux vivre ici, le temps qu'on te trouve des parents plus aimants. »

« ... »

« Je te laisse le temps pour réfléchir. En attendant, va voir ma collègue a la robe verte qui est a la porte, elle te trouvera une chambre pour passer la nuit. Demain, j'irais voir tes parents, que tu décide de rester ou non. Repose toi, et donne moi ta réponse demain. »


Babs finit son chocolat et suivit la jument verte qui lui ouvrit une chambre en souriant. Babs se glissa sous les couvertures, et la jument les rabattit sur elle. Elle lui fit un câlin et la borda pour qu'elle s'endorme

« Repose toi bien, jeune pouliche. Nous somme là si tu as besoin de quelque chose. »

Elle referma la porte en éteignant la lumière. La chambre n'était pas très très grande mais amplement suffisante. Elle était peinte couleur sable, et bleu ciel au plafond, avec des étoiles phosphorescentes. Le lit était simple, et douillet. Une peluche de poney souriant était posée a côté de l'oreiller. Babs la prit entre ses pattes. Elle réfléchissait. A tout ce qui s'était passé. Elle finit perdue dans ses réflexions, par s'endormir.
Le soleil filtrait a travers les persiennes, créant une lumière douce dans la chambre. Babs ouvrit les yeux et se les frotta. Elle sentait ses draps mouillés sous elle. Elle versa une larme. Elle s'étira avant de se diriger vers la fenêtre. Elle jeta un coup d'oeil derrière les rideaux et se rendit compte que le soleil était déjà assez haut dans le ciel. Il devait être 10 heures. Elle paniqua et se rua hors de la chambre en ouvrant la porte a toute volée et heurta Silver violemment.


« Oh ! Pardon ! Je dois... »

« Calme toi. On est Samedi, il n'y a pas école aujourd'hui. »

« H-hah... »

« Bon, dis moi, as-tu pris ta déscision. Je ne peux rien faire pour toi tant que tu ne m'as rien dit. »

« Je... »

« Ecoute, viens prendre ton petit déjeuner, tu réfléchira mieux le ventre plein ! »


Silver fit un câlin a Babs et l'emmène vers le réfectoire. Dedans, une petite dizaine d'autres poulains. Tous tournèrent la tête quand Babs entra. Elle se senti fixée et fit un pas en arrière, cachant son flanc blanc avec sa queue.

« Ne vous occupez pas de nous les enfants ! Nous ne sommes pas là. »

Elle chuchotta a l'oreille de Babs

« Je vais te chercher ce qu'il faut, je comprends que tu ne veuille pas être entourée ainsi. »

Silver alla faire un plateau repas a Babs et l'emmena dans sa chambre. Elle posa son plateau sur le lit et regarda Babs engloutir son petit déjeuner en souriant. Une fois fini, Babs soupira et regarda Silver en souriant

« Tu sais Babs...je...j'aimerais t'aider »

« Alors...allez voir mes parents...Et dites leur que je ne reviendrais plus jamais. »

« ...Tu es sure... ? Une fois cela fait tu pourra difficilement revenir en arrière. »

« Je le sais. Seulement, quand j'ai vu les enfants dans le réfectoire...je me suis dit que c'était mieux que tout. »

« ...D'accord »


Silver se leva et embrassa Babs sur le front

« Courage, jeune demoiselle. C'est bientôt fini. »

Silver referma la porte derrière elle. Elle alla voir les parents. Ils se fichaient du départ de leur fille. Babs était seule...Mais elle avait au moins des gens pour s'occuper d'elle. Les jument du centre étaient très gentille. Babs ne se fit cependant pas d'amis. Elle avait le contact difficile. Elle continuait a aller a l'école. Elle était assez libre mais...elle s'ennuyait et n'avait jamais rien a faire. Elle travaillait donc pour s'occuper. Mais elle pleurait souvent. Ses accident nocturnes ne cessaient pas, mais elle le cachait. Elle sautait souvent des repas. Au fil des quelques années elle prit un peu de poids. Elle restait solitaire et triste. Ce qui finit par alarmer Silver Song, et toutes les autres juments du centre. Un matin, Babs fut réveillée par le bruit de l'ouverture d'une porte. C'était Silver

« A-ah...B-bonjour Silver, comment allez vous ? »

« Je t'ai dit mille fois de me tutoyer...Mais...pourquoi est-tu aussi rouge ? »


Dit Silver avec un sourire malicieux sur les lèvres

« Euh...p-pour rien... »

« Babs, inutile de me le cacher plus longtemps. Si tu pensais que nous n'avions rien vu, tu te trompe ! Ecoute, je n'ai rien dit pour ne pas te stresser mais cela m'inquiête. Cela fait maintenant quelques années que tu es ici. Et je pense que pour ton bien, tu devrais aller voir la psychologue. Ces accidents nous inquiètent tous. »

« Mais... »

« Lève toi, et pose le drap a côté de ton lit. Tu ira te doucher, et puis tu ira dans le bureau de la psychologue. Elle t'attends. Ne t'inquiètes pas, elle est très gentille. »


Silver lui déposa un baiser sur le front.

Une demie heure plus tard, Babs frappait a la porte bleue, ou étaient marqué en lettres capitales « PSYCHOLOGUE »


« Entrez ! »

Babs poussa la porte et entra

« Oh ! C'est toi Babs ! Je suis heureuse de te rencontrer enfin. Assieds toi, je t'en prie. »

Oh désolé...secret médical ! Je ne peux pas vraiment vous raconté ce qu'il s'est passé là. Mais Babs a beaucoup parlé. Et elle s'est souvenue de sa cousine Applebloom, et de Sweet Apple Acres. Elle a raconté beaucoup de chose a la psychologue. Et puis elle en a conclut qu'il fallait la laisser retourner quelques jours chez sa cousine. Ce qu'elle fit quelques mois plus tard. Sauf que...après ces quelques jours magnifiques a Ponyville...elle ne revint pas seule. Applejack et Applebloom étaient là. Elles étaient là pour adopter Babs. La psychologue donna un avis totalement positif. Rien ne serait mieux pour Babs que cela. Les jument du centre dirent au revoir a Babs, qui avait bien grandit, et qui était désormais une belle jeune jument. Sur le quai de la gare, Babs versa une petite larme avant de monter dans le train. Silver lui dit adieu. Babs dit adieu a cette ville triste. Au loin de cette ville grise, attendait un lieu au milles couleurs pour Babs. Applejack lui fit un câlin pour la réconforter. Babs la regarda avec un sourire...et des larmes de joie...Et c'est ainsi que commence l'histoire de Babs. Et même si cette histoire commence mal, elle a une belle suite. Une suite dans la lumière. Et ça commence...maintenant !


Derrière l'écran
Prénom : AHA
Âge (facultatif) : AHA
Comment as-tu connu le forum ? : Je suis un vieuuuux Honest
Des suggestions ? Nap
Code du règlement : Validé par DD !
Possédez-vous d'autres comptes ? Ouiiiii Honest
PUF : J'crois que dans l'idée, on pourrait dire Sunny...Honest


© Codage by Cacao sur Libre Graph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Re: Yeah, yeah, yeah, yeah, yeah, yeah !   Mar 23 Juil - 10:23

 Bien sur qu'il faut les faire bosser ces sales gosses
Re bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Re: Yeah, yeah, yeah, yeah, yeah, yeah !   Mar 23 Juil - 11:08

Re-bienvenue apparemment Smile

Oh Babs Seed et Sweetie Bell en même temps, les CMC reviennent en force !
Revenir en haut Aller en bas
Poney
Poney
avatar


Messages : 35

Date d'inscription : 20/01/2012


Fiche d'Identité
Talent : Chanter
Cutie Mark : Une note avec un micro
Double Compte :

MessageSujet: Re: Yeah, yeah, yeah, yeah, yeah, yeah !   Mer 24 Juil - 23:10

Re-bienvenue Sun' Honest

Ta fiche est donc validée. ~
Au plaisir de te lire. c:

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fly high in the sky !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

I AM Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Yeah, yeah, yeah, yeah, yeah, yeah !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Yeah, yeah, yeah, yeah, yeah, yeah !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Yeah Yeah Yeah's & Santigold
» [JEU] PINBALL YEAH ! : Flipper en 3D [Payant]
» Yeah!Je l'ai reçu!
» shimi =) yeah
» Dickens 2012 : Le Challenge (oh yeah)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Friendship of Equestria  :: Avant de commencer... :: Présentations oubliées / dépassées-