~ Thème : Sing me a song of storms (Eté 2017) ~
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[Recensement 2017] Recensement terminé <3 merci à tous

Partagez | 
 

 Fiche de Liberta

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Fiche de Liberta    Sam 23 Mar - 17:07


Liberta
Âge : 20 ans
Sexe : Féminin
Race : Poney terrestre
Cutie Mark : Une assiette ailée
Talent : Très bonne connaissance en pâtisserie et plus généralement en cuisine (elle continue d'apprendre). De plus, elle est également très adroite.
Métier : Serveuse
Lieux de résidence : Appleloosa qui est sa ville natale sinon aucun en particulier
Breed (race des parents) : Sa mère ainsi que son père sont tout deux des poneys terrestres

Caractère
( en 6 lignes minimum )

Comme la tête du poney est censée se trouver devant et la croupe et la queue à l’arrière, il faut bien un début à cette description caractérielle.

Certains ont peut-être pensé que cette jeune pony pour qui la liberté est comme l’air qu’elle respire, essentielle à sa vie, elle aurait sans doute la tête dans les nuages, voire même au point de se montrer parfois irresponsable. Ce n’est pas le cas. Liberta a toujours été très sérieuse. Durant son enfance, elle a travaillé durement aussi bien en cours que sur les recettes de pâtisseries. Non sans être quelqu’un de rêveur, elle sait se montrer responsable la plupart du temps. Si elle se montre toujours aussi appliquée dans tout ce qu’elle fait, c’est parce qu’elle veut toujours se donner à fond. Les regrets ? Très peu pour elle.

Et lorsqu’on dit, y aller à fond, ce n’est pas à prendre à la légère. Lorsqu’elle a une idée en tête, dure de l’y délogée. Elle peut se montrée extrêmement têtue. Bornée. En règle générale, elle est tout de même ouverte d’esprit et laissera à son interlocuteur la possibilité de défendre son point de vue. Il se pourrait malgré tout, que son expression traduise l’agacement ou l’exaspération. Aussi, si votre but est d’essayer de la convaincre de quelque chose, il faudra employer des arguments forts, faire en sorte d’attiser son intérêt afin qu’elle daigne porter plus d’attention. Dotée également d’un caractère trempé, elle le tient de son père qui a grandi en tant que poney du Mild West. Ce dernier a changé après avoir rencontré la mère de Liberta et la naissance de celle-ci mais il paraît qu’il a été un véritable voyou dans sa jeunesse. Sa fille n’est pas dépourvue du même caractère et osez la mettre en colère, vous en subirez les conséquences.

Pas qu’en gestes mais aussi en parole. Liberta n’est pas non plus une grande bagarreuse, bien qu’elle fera tout pour ne pas se laisser faire. La jeune poney n’a néanmoins pas la langue dans sa poche étant quelqu’un de très spontanée. Aimant aider les autres au mieux, c’est quelqu’un de serviable mais qui n’hésitera pas à dire ce qu’elle pense. Elle essaiera de faire preuve de tact si la situation le demande bien que cela risque d’être maladroit.

Enfin, si elle semble aux premiers abords quelqu’un de difficile, elle est sous ses airs de jeune adulte une grande enfant encore très sensible. Elle dissimule ses faiblesses pour se protéger peut-être inconsciemment, mais son voyage ne fait que commencer. Liberta est pour le moment encore jeune et naïve, n’ayant qu’une vision plutôt restreinte du monde à ce qu’elle a connu. Elle a encore tout à apprendre. Mais comme on dit, les voyages forgent le caractère. Qui sait ce qui l’attend sur cette voie qu’elle a choisi ?


Physique
( en 6 lignes minimum )

Parce que tous les poneys sont uniques en leur genre. Physiquement ou au niveau caractériel, chacun est différent.

Liberta est une jeune femelle. Possédant un corps fin comparé à d'autres, malgré un poitrail et des pattes finement musclé. Sa robe est d'une couleur se rapprochant d'un lavande clair, qui peut sembler gris surtout les jours où le temps n'est pas au beau fixe. Des oreilles souvent dressées vers le haut, signe de son attrait pour tout ce qui l'entoure. Elles sont souvent mobiles, bonne indicateur de son état d'esprit, ses émotions (comme beaucoup de poneys, ce que l'on nomme le langage des oreilles). Encadrant les dites oreilles, et sa tête, se trouve une crinière bicolore. Essentiellement bleu glace, on peut également y trouver une splendide mèche bleu/mauve. Une couleur qui reste très douce pour une petite folle qui l'est en réalité. De même pour sa queue. Ces deux parties étant plutôt lisse vers le haut, elle ondulent avec légèreté vers le bas, retombant sur ses épaules en ce qui concerne sa crinière. Sa queue, caressant ou fouettant l'air selon son humeur, a plutôt tendance non sans boucler, à onduler depuis le haut. Mais revenons à la crinière où une frange tombe sur sa tête, cachant par moment ses yeux qui revêtent pourtant une couleur des plus appréciable. Des iris bleu semblable à un ciel sans nuage comme notre petite miss qui est bien souvent de bonne humeur, un sourire charmant dessiné venant compléter ce tableau. Enfin, petite touche finale, Liberta ne quitte presque jamais le chapeau de cow-pony qui coiffe sa crinière. Le chérissant, c'est un cadeau de son père à son départ. C'était son propre chapeau, vestige de sa vie passée. Peu importe où qu'elle aille, elle sait qu'elle a un endroit où revenir. Et qui sait ? C'est peut-être un signe. Cette charmante poney est peut-être elle-même une future serveuse qui se fera un nom dans le Mild West.


Histoire
( en 7 lignes minimum )

« Ceci est l’histoire d’un poney épris de liberté. Mon histoire. Je me nomme… Liberta »

Si je devais vous conter chaque jour passé de ma vie, nous en aurions pour un moment et vous finiriez par vous ennuyez. Hors, c’est quelque chose que je déteste. M’ennuyer. Mais une histoire n’a pas besoin d’être relatée jour par jour, heure par heure, minute par minute. Je vais donc nous épargner à vous comme à moi, ce supplice. Mais venons-en au fait…


Je suis née à Appleloosa, ville fameuse pour ses exquises tartes aux pommes. Et ce n’est pas moi qui dirais le contraire. Ayant grandi dans cette atmosphère, je sais ce que c’est. Mes parents tiennent une pâtisserie et l’on peut y trouver des pommes travaillées de différentes façons. Petite, j’étais impressionnée de tout ce qu’on pouvait faire avec des pommes. De plus, en dehors de leur travail, il leur arrivait également de faire des confitures de pommes ou des compotes aussi, qu’ils partageaient avec leurs proches amis. Chaque jour, je me réveillais avec la douce odeur de ce fruit ainsi que celle de gâteau au four, parfumant l’air. Durant mes plus jeunes années, mon rêve était même de reprendre la pâtisserie plus tard. Mais comme certains s’en doutent peut-être, ce n’est pas ce qui s’est passé. J’ai emprunté une voie différente.

Je devais avoir 12 ans à cette époque. Je commençais avec le temps à apprendre un peu plus la pâtisserie. Lorsque je sortais de l’école et que je rentrais chez moi, il m’arrivait de lire les livres de recettes de ma mère et le week-end, je les aidais à tenir le magasin. Au début, tout se passait convenablement et je prenais mes repères petit à petit. Mais je commençais à sentir quelque chose en moi. Parfois, je restais longtemps face aux livres de recettes à regarder une page que je ne lisais même pas. Puis, je me prenais à soupirer sans aucune raison apparente. Et ça dura quelques temps. Jusqu’à ce jour. Ca ne s’est pas réveillé brusquement. C’était déjà présent depuis longtemps, endormi. Mais cet évènement aura accéléré le réveil.


C’était lors de ma quinzième année. Je m’en souviendrais toujours. Je tenais la boutique pendant que mon père était parti cueillir des pommes afin qu’on n’en manque pas. Quant à ma mère, elle était à l’étage, dans notre maison qui se situait juste au-dessus de la pâtisserie. Pour ma part, je profitais du fait qu’il n’y ait personne pour avancer dans mes cours. C’est alors que j’entendis la porte s’ouvrir. Deux clients entrèrent. Repoussant mes affaires dans un coin, je m’approchais, regardant plus en détail les deux arrivants. Ils n’étaient pas du coin, ça se voyait. Deux pégases. La plupart de ceux d’ici étaient des poneys terrestres et même s’il y en avait quelques-uns, je ne les avais jamais vus. Ajoutez à cela qu’ils étaient habillés de façon différente. Non, j’en étais sûre. Ce devait être des voyageurs, car oui, il arrivait qu’il y ait des gens de passage par ici.

- Bonjour. Est-ce que je peux vous aider ?

Après avoir choisi ce qu’ils désiraient, les deux poneys ailés reprirent leur conversation. Tandis que je préparais leur commande, je les entendais d’une oreille distraite. Du moins, au début. Mais mon oreille commença à porter attention à certains mots. Puis, des bouts de phrases. Ils parlaient… d’ailleurs. D’autres lieux, parfois assez loin d’ici. N’ayant jamais quitté ma ville natale, je ne savais pas à quoi pouvaient ressembler les autres contrées. Soudain, je me découvris curieuse d’en savoir plus. Je voulais en entendre parler davantage. Leur remettant leurs pâtisseries, je me jetais à l’eau.

- Excusez-moi… Je vous ai entendu et… Ca m’intéresse ! J’aimerais beaucoup savoir comment c’est en dehors d’Appleloosa. Je vous en prie, racontez-moi !

Ils me regardèrent visiblement surpris par cette demande. Aurais-je fais une bêtise ? Non. Je venais d’ouvrir la porte à une nouvelle amitié qui, elle-même, allait me conduire vers de nouveaux horizons.
Les deux pégases devaient rester quelques jours en ville. A mon plus grand bonheur. Ce furent quelques jours de ma vie qui resteront à jamais graver dans ma mémoire. Je passais le plus de temps possible en leur compagnie. J’écoutais leurs histoires des étoiles plein les yeux, des rêves plein la tête. Une envie grandissante de découvrir tout ça par moi-même s’emparait de moi. Ma ville me semblait tout à coup devenue trop étroite. Mes pattes frémissaient de pouvoir galoper jusqu’à l’horizon, vers un monde qui m’était encore inconnu, dont je venais seulement d’apercevoir une partie grâce à mes nouveaux amis.

J’avais la tête dans les nuages, toujours à rêvasser. Chose dont mes parents se rendirent compte. Voulant rester le plus longtemps possible avec les pégases, je rentrais de plus en plus tard. La nuit, lorsque je ne trouvais pas le sommeil, je faisais des tours et des tours dans ma chambre, tel un poney captif, m’arrêtant de temps à autre pour regarder dehors, avant de reprendre des tours et des tours. Je me levais à l’aube afin de pouvoir m’octroyer des promenades matinales, ce qui après les soirées de tours était comme une délivrance pour moi. Je rentrais à l’heure pour pouvoir aider mes parents mais… ayant l’esprit ailleurs, je faisais beaucoup d’erreurs, faisant attendre les clients, me trompant de commandes et autres étourderies.

- Liberta… que t’arrive-t-il ma fille ?

- Je… Papa… Je veux quitter Appleloosa pour voyager.

- Voyager ? Mais tu es encore jeune. Ca ne peut pas attendre ? Et pour aller où ?

- Je pensais d’abord me rendre à... dans le Mild West.

- Non.

- Papa !

- Non Liberta. A quoi penses-tu ? Le Mild West ?! Il en est hors de question. Crois-moi ma chérie, je connais bien pour avoir grandi là-bas. Je ne laisserais pas ma fille se rendre dans un endroit aussi dangereux. Seule qui plus est.

- Je saurais me débrouiller. Et je me ferais des amis.

- Ce n’est pas Appleloosa !

- Mais tu ne comprends pas ! Je me sens enfermée ici. J’ai besoin de galoper par moi-même. En fait, tu n’as pas confiance !

Je tournais les sabots et sortit de la maison comme une furie bien que la nuit était tombée. Pourquoi est-ce que je m’emportais autant ? Je ne savais pas. Mais c’était plus fort que fois. Ce qui me frustrait, c’est que je sentais qu’il me manquait quelque chose. Marchant au hasard, je sortis de la ville. Les oreilles basses, je soupirais longuement. J’aurais pu rentrer et aller m’excuser. Après tout, ce n’était pas de la faute de mes parents… Cependant, je m’en voulais encore trop et j’avais besoin de réfléchir. Jugeant que je m’étais suffisamment éloigné, je m’allongeais au sol, perdue dans mes pensées, laissant les heures filer. Ce sont les deux pégases qui me trouvèrent en pleine nuit, après avoir appris que mes parents s’inquiétaient de ma fugue. Nous parlions un long moment et je tentais de leur expliquer au mieux ce que je ressentais. Ils m’écoutèrent parler, me parlant à leur tout comme de vrais amis. Au final, ils réussirent à me convaincre de rentrer chez moi et d’attendre un peu avant de partir en voyage.

Ce que je fis. Je rentrais chez moi, au plus grand soulagement de mes parents. Je repris ma vie comme avant, me montrant patiente. Je poursuivais mes études à leur terme. 20 ans. Et durant ces dernières années, j’eus plusieurs fois l’occasion de parler avec mes parents de mon désir de voyager, obtenant finalement leur accord. Les pégases quant à eux étaient partis quelques jours après ma fugue. Néanmoins, malgré le fait que je ne les ai pas connus bien longtemps, je n’oublierais jamais ce qu’ils ont fait pour moi et serais ravie de les revoir à nouveau. Le départ fut plutôt émouvant. Je quittais ma famille, pour tracer ma propre voie de mes sabots. Mais j’étais déterminée et rien ne me ferait changer d’avis. Ne prenant que très peu d’affaire afin de voyager léger, prévoyant de me débrouiller au fil du voyage, je pris la route.


Ma première destination fut la ville d’Hoofton située au Sud-Ouest d’Appleloosa. Mon père m’avait beaucoup parlé du Mild West et, bien que j’aie développé un caractère plutôt affirmé de temps à autre (bien qu’il ait toujours été présent), je voulais m’habituer à la sensation qu’on avait en voyageant. C’était la première fois que je quittais ma ville natale et je décidais de me laisser un peu de temps avant d’attaquer la conquête du Mild West. Quelle ne fut pas ma surprise en arrivant dans cette petite ville. J’avais repéré un saloon et espérais pouvoir y prendre un peu de repos. Seulement voilà… Le tenancier du saloon semblait avoir quelques soucis. D’après ce que j’avais compris il était débordé et n’avait personne pour l’aider. Ah ? Pourquoi pas. Je lui proposais donc mon aide. Il me regarda hésitant. C’est vrai, après tout je n’étais qu’une étrangère qui venait d’arriver. Est-ce que je saurais me débrouiller ? Il accepta tout de même, constatant qu’il n’avait pas le choix, et me promettant de me payer mes services si je réussissais à l’aider. Je me mis donc au travail, devenant serveuse pour la journée. Est-ce que je réussis à l’aider au final ? Oh ça oui ! Il en resta muet.

Je me servais de ce que j’avais appris durant mes jeunes années en aidant mes parents à la pâtisserie. Et je devais avouer que moi-même je prenais grand plaisir à faire ce travail. J’étais parfaitement à mon aise. Je traversais la salle, apportant les commandes. Je me déplaçais dans la salle comme si j’avais fait ça toute ma vie. C’est également le jour où ma cutie mark apparut, représentant une belle assiette ailée. Je ne pouvais pas dire à quel point j’étais heureuse. Je l’avais enfin reçu. Je la trouvais si belle que je ne cessais de l’admirer. Et je me posais la question. Pourquoi maintenant ? Je pensais avoir la réponse. Premièrement, je n’avais jamais été serveuse de ma vie, du moins en dehors de la pâtisserie. Lorsque les poneys mangeaient sur place, je leur apportais aussi leur commande. Non, l’explication se trouvait ailleurs. Je savais ce qui avait changé. J’étais enfin entière. Cette chose qui s’était éveillée en moi. Je me sentais libre. Si je savais où était le chemin de la maison, je savais aussi que désormais je ne faisais qu’un avec cette liberté que je chérissais. J’avais trouvé ce qu’il me manquait.
Satisfait de mon travail de la journée, le propriétaire du saloon me proposa de revenir le lendemain. J’acceptais donc. Je resterais dans cette ville durant quelques jours afin de continuer mon apprentissage car j’avais encore des choses à apprendre dans le métier. Mais j’ajoutais une chose.

- Je vous préviens. Je ne sais pas combien de temps je resterais. Je suis seulement de passage. Je serais toujours de passage. Parce que je suis comme la liberté. On ne me retient pas.


Derrière l'écran
Prénom : Secret ~
Âge (facultatif) : Secret ~
Comment as-tu connu le forum ? : Grâce à un ami qui est membre de ce forum
Des suggestions ? Non aucune pour le moment. Mais je n'hésiterais pas à vous en faire part, si jamais il m'arrivait d'en avoir.
Code du règlement : Validé par DD !
Possédez-vous d'autres comptes ? Non
PUF : Diane


© Codage by Cacao sur Libre Graph


Dernière édition par Liberta le Mer 27 Mar - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Re: Fiche de Liberta    Sam 23 Mar - 17:41

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Re: Fiche de Liberta    Sam 23 Mar - 23:02

Bienvenue ! J'espère que tu t'amuseras ici !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Re: Fiche de Liberta    Mer 27 Mar - 16:59

La fiche est très bien fournie, je ne doutais pas une seule seconde du resultat.

Je n'ai malheureusement pas lu avec une immense attention tous les champs, mais tout le contenu m'a l'air bon !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

I AM Invité


MessageSujet: Re: Fiche de Liberta    Sam 30 Mar - 19:36

Validé !
Bienvenue parmis nous :3
Revenir en haut Aller en bas

I AM Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Fiche de Liberta    

Revenir en haut Aller en bas
 

Fiche de Liberta

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiche technique de l'album avec le kit d'octobre de la Fée
» Comment faire une fiche de lecture
» Fiche de données de sécurité - Ethanol pur
» fiche technique du kit de novembre de la Fée par Cathyscrap85
» Fiche de présentation magazine à respecter !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Friendship of Equestria  :: Avant de commencer... :: Présentations oubliées / dépassées-